Logo du Web Design Group

Quatre raisons de valider son code HTML

Autres langues : English

La validation HTML permet aux auteurs de vérifier la syntaxe de leur code HTML. Un code HTML valide posera vraisemblablement moins de problèmes pour des navigateurs divers et survivra probablement à leurs prochaines versions. Bien qu'il existe beaucoup de raisons de valider son code HTML, on a choisi ici de se concentrer sur des exemples historiques qui montrent que le seul contrôle visuel de ses pages Web dans les navigateurs ne suffit pas. Pour d'autres renseignements, cf. la page Site Valet - Pourquoi valider ?.

Raison n° 1 : Netscape 1.2

Lorsque Netscape 1.1 est apparu, nombreux furent les auteurs ravis de constater qu'ils pouvaient créer des titres et des arrière-plans animés en incluant plusieurs balises <TITLE> et <BODY>. Les validateurs étiquetaient ces cas comme des erreurs puisqu'un seul élément TITLE et un seul élément BODY sont permis en HTML.

Netscape 1.2 corrigea le bogue de Netscape 1.1 et les multiples balises <TITLE> et <BODY> furent ignorées. Les conséquences sur des pages invalides varièrent entre un titre incomplet ou incohérent et un texte illisible.

Raison n° 2 : Netscape 2.0

Netscape 2.0 a illustré de façon spectaculaire l'importance de la validation. Avant Netscape 2.0, le plus populaire des navigateurs du Web complétait silencieusement les guillemets manquants oubliés par l'auteur comme dans ce code <A HREF="oops.html>Oops</A>. Netscape 2.0 rendit obligatoire les guillemets fermants et dès lors des parties de pages Web se mirent à disparaître. Les documents HTML valides survécurent sans dommages.

Raison n° 3 : Netscape 3.0

Netscape 3.0 a entrepris d'examiner un peu trop sévèrement les entités contenues dans les valeurs d'attribut. Ce qui eut pour effet que les esperluettes (« & ») non échappées dans ces valeurs d'attribut eurent parfois l'inconvénient de conduire Netscape à utiliser une mauvaise valeur d'attribut. Par exemple, ce code HTML invalide <A HREF="machin.pl?chapitre=1&section=2">, qui fonctionnait parfaitement dans les versions antérieures à Netscape 3.0. Mais à compter de cette version, il aurait alors tenté de résoudre « machin.pl?chapitre=1§ion=2 » au lieu de se rendre au « bon » endroit. Le code HTML valide <A HREF="machin.pl?chapitre=1&amp;section=2"> continua de fonctionner quelles que soient les versions de Netscape.

Raison n° 4 : Netscape 4.0

Netscape 4.0 a inauguré le point-virgule terminal obligatoire des entités tandis que les versions précédentes ne s'en souciaient souvent pas. Certains didacticiels HTML démontrèrent leur compétence dans des exemples, comme &ltP&gtMachin, que Netscape 4.0 afficha alors littéralement, tandis que les versions précédentes restituaient par « <P>Machin ». Une fois encore, le code HTML valide se montra fonctionnel pour toutes les versions de Netscape.